Que voulez-vous trouver ?

Buxerolles (86) : Au secours des mineurs migrants

migrants-mineurs-et-jeunes-buxerolles

Interpellés par la situation de migrants mineurs isolés et désœuvrés à Buxerolles (86), les bénévoles de la SSVP locale se mobilisent. Rencontre avec Béatrice, Vincentienne, qui a pris en charge ce projet de coeur.

Comment la Conférence Saint-Jacques est-elle née ?

Quand le curé a lancé un appel aux paroissiens en février 2016 pour aider des réfugiés syriens, beaucoup de personnes ont manifesté leur désir de s’investir. De fil en aiguille est née l’idée de créer une Conférence de Saint-Vincent-de-Paul pour répondre aux nombreuses demandes d’aide. Celle-ci compte actuellement une di­zaine de membres qui accom­pagnent les migrants mineurs isolés, organisent des après-midi conviviaux le dimanche et effectuent des visites à domicile chez les personnes seules.

Qui sont ces mineurs isolés ?

Lors de la première réunion SSVP, nous avons entendu parler du problème de 87 mi­neurs garçons de 15 à 17 ans, terriblement isolés, logés dans des hôtels et livrés à eux-mêmes. Plusieurs nou­veaux Vincentiens ont décidé d’apporter une présence à ces jeunes déracinés. Nous nous sommes donc mis en lien avec l’ASE (Aide Sociale à L’Enfance) du département, leur tuteur légal.

Quel rôle jouent les Vincen­tiens dans leur accompa­gnement ?

D’abord apprivoiser ces jeunes qui ont un passé douloureux, les soutenir, et peu à peu créer des liens de confiance et d’amitié. Concrè­tement, nous essayons de les entourer tous les lundis à travers des visites cultu­relles, des jeux collectifs, de l’aide scolaire. Ils sont très demandeurs ! L’aumônerie des étudiants a aussi rejoint le projet. Elle a invité les mi­neurs à des soirées et à des activités. Nous avons aussi organisé ensemble une soi­rée quinze jours avant Noël. Des religieuses les ont à leur tour conviés à leur déjeuner de Noël et des jeunes profes­sionnels à leur 31 décembre.

Nous agissons en lien étroit avec les professionnels de l’ASE qui donnent le cadre. Nous n’aidons que 11 jeunes sur les 87. Pour l’instant, le nombre est gérable et il faut faire confiance pour les 76 restants !

Ces jeunes migrants s’impliquent-ils à vos côtés ?

Pas pour l’instant, mais nous y réfléchissons. Nous pensions les impliquer dans l’aide logistique de certains après-midi conviviaux du dimanche. La réciprocité nous paraît impor­tante pour une question de di­gnité. En 2017, nous espérons compter sur toujours plus de bénévoles pour pouvoir ré­pondre aux nombreuses solli­citations des personnes seules et en difficulté.

buxerolles

Extrait d’Ozanam magzine n°222 – janv.-mars 2017

Voir le reportage vidéo par KTO

Autres actualités qui pourraient vous intéresser

Voir toutes les actualités

Donner pour agir

Qu'est-ce qui vous intéresse ?

Nous avons toujours besoin de mains supplémentaires ! Vous voulez donner un peu de votre temps pour aider les autres ?

Je deviens bénévole

Donner pour agir

Grâce à votre don, la Société de Saint-Vincent-de-Paul et ses 17 000 bénévoles peuvent continuer à mener leurs nombreuses actions que sont l’accueil, la visite, et l’accompagnement des personnes seules ou démunies partout en France.

Votre don vous coûtera € après déduction fiscale.
Don en confiance