Que voulez-vous trouver ?
haiti-afp1

Haïti : la SSVP lance un appel à la générosité

En savoir plus
Geneviève, aidée par la SSVP de Moselle

Geneviève : le défi de vivre debout

La participation de Geneviève aux Rencontres Nationales du Partage était sa façon de dire merci à ceux et celles qui se sont battus avec elle pour reprendre goût à la vie. Touchée par la ferveur des participants, elle est prête à poursuivre l’aventure.

« Quand on m’a proposé de participer au spectacle avec les personnes accompagnées, j’ai tout de suite dit oui ! », témoigne Geneviève. « C’était pour moi une façon de dire merci « . En mai 2015, aux Rencontres Nationales du Partage, cette femme de 65 ans a chanté avec tous les Vincentiens « Nous voulons vivre debout ! » Vivre debout, un sacré défi quand on a quitté l’école à 10 ans pour remplacer la mère auprès des derniers, quand il a fallu les laisser partir à la DDASS au moment de la mort du père. Plus tard, nourrice agréée, elle voit deux de ses protégés frappés par la maladie et son amoureux mourir à l’âge de trente ans. « C’est moi qui porte malheur ! » pense-t-elle.

La tentation d’en finir

Écrasée par trop de galères, Geneviève coupe le contact, avec Dieu et avec les voisins. « Oui j’ai baissé les bras, je voulais en finir… Seule, avec 250 francs par mois, je n’y arrivais pas. » Ses voisines alertées ont appelé l’assistante sociale et, de fil en aiguille, un bénévole de la Conférence de Saint-Vincent-de-Paul est venu lui rendre visite. Merci à la Conférence de la SSVP de Morhange, merci à tous ceux qui la soutiennent, merci à tous ceux qui lui ont permis d’être encor debout aujourd’hui.

Il est dans la souffrance mais avec ses paroles, il donne du courage !

Geneviève ne se plaint pas. Elle parle de sa vie sans s’attarder sur les moments difficiles. La pudeur domine. « La dame de Saint-Vincent-de-Paul est venue chez moi. J’avais honte… mais tout de suite, elle m’a adressé des paroles réconfortantes. Cela m’a aidé à relever la tête. » À partir de cette visite, Geneviève renoue petit à petit avec la vie grâce aux voisins puis aux amis d’enfance qu’elle retrouve.

Aider les autres pour s’aider soi-même

La force de Geneviève est de vouloir aider. « Je voulais faire comme mes parents qui étaient très généreux. Ils partageaient tout. » Alors elle se lance dans le bénévolat comme une revanche. Elle s’engage dans le Centre le Lierre à Thionville, une association de quartier. Dernièrement, elle a suivi une formation en vidéo pour recueillir des portraits. Cela lui permet de découvrir des jeunes formidables.
Au gré des engagements associatifs, Geneviève cherche cette réconciliation avec elle-même. Les Rencontres Nationales du Partage de la SSVP sont arrivées à point nommé dans sa démarche.  » Moi je ne voulais pas monter sur scène alors j’ai fait la « voix off ». Le travail avec le metteur en scène et toute l’équipe a été passionnant. Ça a soudé l’équipe de Morhange et pour moi, qui ai été dans la galère, j’ai rencontré des gens qui y sont encore, comme Daniel de Reims. «  Geneviève, comme beaucoup, a été marquée par les textes puissants scandés par le slameur qui a bouleversé les spectateurs : « Il est dans la souffrance mais avec ses paroles, il donne du courage ! »

Extrait d’Ozanam magazine n°215

 

genevieve, aidée par la SSVP de Moselle

 

 

Dans ce témoignage :
CONFERENCE DE MORHANGE

Autres témoignages qui pourraient vous intéresser

voir tous les témoignages recueillis

Donner pour agir

Qu'est-ce qui vous intéresse ?

Nous avons toujours besoin de mains supplémentaires ! Vous voulez donner un peu de votre temps pour aider les autres ?

Je deviens bénévole

Donner pour agir

Grâce à votre don, la Société de Saint-Vincent-de-Paul et ses 17 000 bénévoles peuvent continuer à mener leurs nombreuses actions que sont l’accueil, la visite, et l’accompagnement des personnes seules ou démunies partout en France.

Votre don vous coûtera - € après déduction fiscale.
Don en confiance