Le rôle des responsables vincentiens - Société Saint Vincent de Paul
Que voulez-vous trouver ?

Le rôle des responsables vincentiens

Le rôle des responsables vincentiens
En général, les adversités vécues par la SSVP dans tous les pays sont assez semblables, car les malheurs et les vanités humaines sont également similaires.

Nos défis sont les mêmes partout, même si nous vivons dans des cultures, des environnements et des langues différentes.

Ce que je demande aux responsables vincentiens, à tous les
niveaux, c’est d’être de bons responsables20, soucieux uniquement du progrès des Conférences, car s’ils travaillent bien, ils joueront un rôle extraordinaire dans la communauté paroissiale et pour les pauvres qui ont le plus besoin de l’aide des Vincentiens, comme les enfants, les adolescents et les jeunes, les familles, les personnes âgées, les handicapés et les malades, les réfugiés et les immigrants, les exclus, les chômeurs, les persécutés par la religion et les personnes vulnérables.
Prendre soin des Conférences, s’occuper de la formation des Vincentiens, soutenir la Sainte Eglise, préparer les Conseils pour l’avenir, renforcer les œuvres d’assistance, maintenir et stimuler le
dialogue, entretenir des relations institutionnelles avec les Autorités Publiques, recruter de nouveaux membres et étendre l’idéal de nos sept fondateurs, telle devrait être la  » recette de base  » de toute
vocation des présidents.

C’est pourquoi je prie et j’espère que, dans toutes les parties du monde, au moment des élections, des candidats avec ces
caractéristiques émergeront, sans égoïsme ni personnalisme, car telle devrait être la mission de tout Vincentien : chercher notre sanctification et pratiquer la charité évangélique, pour l’honneur et
la gloire de notre Seigneur Jésus-Christ.
20 Dans le chapitre 10 du livre « Antoine-Frédéric Ozanam », écrit par le confrère
Raymond Sickinger (Indiana, USA, 2017), qui traite du dirigeant serviteur », on
trouve plusieurs références à ce sujet. Pour les responsables vincentiens, nous
recommandons de lire ce chapitre en entier.<

l
Lettre Circulaire – 31 janvier 2020 – 16e Président Général – Renato LIMA DE OLIVEIRA 10

Un changement systémique, vraiment !
Je suis un grand défenseur et promoteur du projet international que la Famille Vincentienne réalise depuis plusieurs années et partout, en obtenant d’excellents résultats pratiques, qui est le concept de « Changement Systémique » 21.

Pour moi, ce type d’action est un complément naturel à la charité.

Il est évident que la charité est fondamentale lorsqu’il s’agit de cas extrêmes comme la faim ou la maladie.

Mais, comme l’a dit Antoine-Frédéric, « la charité en soi ne suffit pas ».
Avec cette phrase, il nous invite à essayer de voir « l’autre côté de la médaille », qui est la justice sociale22.
L’une des pires choses que la pauvreté fait, c’est d’enlever l’espoir aux gens. Les gens en viennent à croire que la pauvreté est inexorable : la seule chose qu’ils peuvent espérer dans cette vie. Ou, dans certains cas, beaucoup croient – à tort – que leur misère est la volonté de Dieu.

Ainsi, les projets de « Changement Systémique » donnent aux pauvres un nouvel espoir, les aidant à voir qu’il est possible
de surmonter les tribulations.

Le « Changement Systémique » croit profondément au protagonisme
des personnes et à leur capacité d’agir pour apporter des changements23.

La pauvreté peut être surmontée par le travail, les études, l’initiative et les opportunités.

Les Conférences Vincentiennes peuvent faire beaucoup pour le « Changement Systémique », mais parfois nos membres ne sont pas
bien préparés ou formés techniquement.

Il existe des cours de formation disponibles sur Internet, en
plus de ceux offerts périodiquement par la Famille Vincentienne, qui sont accessibles à tous.

Une suggestion de projet social intrinsèquement lié à la proposition de « Changement Systémique » serait la création d' »agences pour l’emploi » pour les personnes assistées, comme le recommande le
Manuel de 184524.
La méthodologie du  » changement systémique  » est relativement simple, car elle génère le revenu qui aidera les personnes dans le besoin à grandir dans la vie.

Cependant, nous ne pouvons pas oublier qu’en plus de l’amélioration économique pour nos bénéficiaires, il est également nécessaire de faire une sorte de « Changement Spirituel Systémique », qui consiste à apporter le message de l’Evangile à ceux que nous visitons, afin que cette pauvreté – la plus pertinente de toutes – puisse également être surmontée.

Je recommande que nos Conférences consacrent une bonne partie de leurs énergies, projets et efforts à des actions liées au  » Changement Systémique « , en complément des activités traditionnelles de charité.
21 Le chapitre 11 du livre  » Antoine-Frédéric Ozanam « , écrit par le confrère
Raymond Sickinger (Indiana, USA, 2017), traite du thème du « Changement
Systémique », mais invoque aussi le thème de la spiritualité, de l’amitié et du
service, qui sont les caractéristiques du travail vincentien, comme nous l’ont appris
les Présidents Généraux dans les Lettres circulaires qu’ils ont écrites depuis 1841.
22 « L’ordre social repose sur deux vertus : la justice et la charité. […] La justice a ses
limites, mais la charité ne connaît pas de limites. Poussé par le commandement de
faire à son prochain le bien que l’on veut pour soi-même, et comme on veut un
bien infini, celui qui aime les êtres humains verra qu’il n’en a jamais fait assez pour
eux jusqu’à ce qu’il consomme sa vie en la sacrifiant, et jusqu’à ce qu’il meure en
disant : je suis un serviteur inutile  » (Antoine-Frédéric Ozanam, dans le livre  » La
civilisation au Ve siècle « , Chapitre I :  » Sur le progrès dans les siècles de déclin « ).
23 Pour plus d’informations sur le « Changement Systémique », en particulier les
défis actuels pour ceux qui sont assistés par la SSVP et par d’autres branches de la
Famille Vincentienne, nous vous suggérons de lire le livre « A travers le trou d’une
aiguille » (Londres, UK, 1989), écrit par Austin Fagan.

Réunions de Conférences
Outre les activités caritatives menées par les Vincentiens en faveur des pauvres, l’aspect le plus significatif de notre chère Société de Saint-Vincentde-Paul est la réunion de la Conférence25, une occasion unique pendant laquelle les membres peuvent concrétiser la joie d’être Vincentiens.

Au cours de la réunion, nous mettons en pratique les vertus vincentiennes et l’idéal de nos fondateurs, en renforçant l’unité, la prière, la générosité et la spiritualité parmi les membres.

La participation à la réunion ne peut être considérée comme une
obligation, mais plutôt comme une occasion concrète de croissance spirituelle26.

Le Conseil général accepte deux possibilités pour ces rencontres, comme déjà bien définies dans la Règle internationale : hebdomadaire ou bihebdomadaire (jamais mensuelle).

Récemment, nous avons été obligés de refuser des demandes de plusieurs Lettres d’Agrégation provenant d’un pays où les
Conférences se réunissent mensuellement, ce qui est contraire à la tradition vincentienne.

Je recommande à mes frères vincentiens que les rencontres soient pleines de joie, de charité et d’engagement, car alors nous ferons de grands pas sur le chemin de la sainteté.

De plus, un indicateur possible de la qualité du travail des conférences est le nombre de familles ou de personnes dont la vie
s’est effectivement améliorée après une certaine période d’aide, et pas seulement le nombre de familles présentes.
24 Dans le  » Manuel de la SSVP – 1845 « , on trouve plusieurs références de nos
prédécesseurs à des œuvres qui pourraient être réalisées, en plus des actions
charitables habituelles, pour aider les pauvres à sortir de la pauvreté. L’une de ces
suggestions était précisément la création d’agences pour l’emploi des chômeurs.
25 Sur les premières années de la Conférence de Saint-Etienne-du-Mont, nous vous
proposons de méditer sur le livre  » Centenaire de la mort de Frédéric Ozanam « ,
écrit par Patrick de Manceau (Paris, France, 1953), publié sous les auspices du
Conseil Général International.
26  » The Mind and Heart of a Vincentian  » (Londres, R.-U., 2001) est une œuvre
rare de la littérature vincentienne mondiale, contenant d’innombrables et
excellentes lectures spirituelles pour les réunions de Conférence. La publication a
été conçue par le Conseil national d’Angleterre et du Pays de Galles, et on peut y
lire des réflexions sur l’amour de l’Église du Christ, la nécessité de soutenir l’Église et la manière de travailler en harmonie avec l’Église.

</<l
Lettre Circulaire – 31 janvier 2020 – 16e Président Général – Renato LIMA DE OLIVEIRA 11

Praesent pulvinar Nullam Lorem ipsum libero efficitur. et, nec mattis Sed justo