L'importance des anciens membres dirigeants - Société Saint Vincent de Paul
Que voulez-vous trouver ?

L’importance des anciens membres dirigeants

 

L’importance des anciens membres dirigeants
Être membre de la Société de Saint-Vincent-dePaul est un véritable don de Dieu, une grande mission et une immense responsabilité qui nous a été confiée par l’Esprit Saint.

Et le service, dans la direction de la Société est encore plus significatif.
Le rôle du président – à tous les niveaux, que ce soit dans une Conférence, un Conseil ou une œuvre sociale – est d’une importance fondamentale pour le bon développement des œuvres vincentiennes, tout comme le rôle très important des secrétaires, des résoriers et des vice-présidents, ainsi que des coordinateurs des départements et des responsables des autres missions spéciales de la SSVP.
De la même façon, nous ne pouvons jamais oublier les anciens dirigeants, qui sont des personnes fondamentales pour guider et aider les dirigeants actuels à remplir adéquatement le rôle
institutionnel qu’ils jouent maintenant dans les affaires vincentiennes, de la meilleure façon possible, pour  » faire moins d’erreurs  » (comme Ozanam l’a déjà dit32).
Un bon ancien dirigeant est celui qui aide à résoudre les problèmes, qui assume une position de conseiller de premier ordre, qui donne son avis sur les différentes questions lorsqu’on lui demande de
le faire.

Le profil d’un bon ancien dirigeant est celui qui prie pour les dirigeants actuels, en cherchant l’intercession du Saint-Esprit pour bien conduire l’œuvre vincentienne.
Un bon ancien dirigeant doit être discret, doux, subtil, serein et surtout respectueux, en évitant de s’impliquer dans des conflits. L’esprit de conciliation doit être la note clé du profil d’un ancien dirigeant, qui doit mettre ses talents au service de l’entité.
Un bon ancien dirigeant doit être le héraut de l’équilibre, l’exemple du plus expérimenté, le disciple de la concorde et de la douceur, reflétant les vertus vincentiennes quand elles semblent être
éclipsées par le mal.

L’ancien dirigeant doit être magistral, en soutenant les dirigeants vincentiens actuels lorsqu’ils subissent des pressions, des
critiques et même des commentaires malveillants, faux et dérangeants.
Un bon ancien dirigeant est celui qui aide, ajoute, multiplie, protège, atténue les crises et améliore les résultats collectifs, au nom de quelque chose de beaucoup plus grand que ses propres
intérêts personnels ou sa vanité.

Le bon ancien dirigeant doit concentrer ses énergies et son
expérience sur les aspects qui nous unissent vraiment et nous rendent plus forts pour servir ceux qui sont dans le besoin.
Un bon ancien dirigeant cherche l’unité, rejette les divisions, hypothèque la solidarité, coopère et collabore.

Il est appelé par Dieu à agir comme un « diplomate de la conciliation ».

En même temps, un bon ancien dirigeant ne doit pas rester silencieux, mais il doit avant tout être conscient de son rôle
pour guider et motiver les dirigeants actuels, en s’éloignant des conflits qui génèrent une usure inutile.

L’ancien dirigeant, vu son importance dans la structure de la SSVP, doit être un catalyseur quiagit pour résoudre les problèmes.

Je prie le bon Dieu pour cela.
32 Voir, par exemple, le texte qu’Ozanam a dédié à Emmanuel Bailly de Surcy,
premier Président Général de la SSVP :  » Vous nous avez habitués à vous
considérer comme le lieu de rencontre, le conseiller et l’ami des jeunes chrétiens ;
votre bonté passée nous a donné le droit de compter sur votre bonté future ; la
bonté que vous avez eue avec moi me fait espérer une bonté semblable pour mes
amis  » (Lettre à Emmanuel Bailly de Surcy, 3 novembre 1834).

d’aujourd’hui, et sur l’insatisfaction des citoyens, qui réclament des réformes,
surtout en période de désenchantement. Nous, à la SSVP, dont la devise est « servir
dans l’espoir », devons ma
Lettre Circulaire – 31 janvier 2020 – 16e Président Général – Renato LIMA DE OLIVEIRA 13

 

eget dapibus diam facilisis ut quis, leo. ut dictum mattis Phasellus velit,