NOS VALEURS face aux problèmes actuels - Société Saint Vincent de Paul
Que voulez-vous trouver ?

NOS VALEURS face aux problèmes actuels

Défense de la vie
Dans tous les documents du Conseil Général International, ainsi que dans les lettres circulaires, nous insistons sur la défense des fondements de l’Église catholique, en particulier ceux qui ont trait à
la défense de la vie27.

Nous allons continuer dans cette direction.

Nous nous opposons fermement à toute tentative de légaliser l’avortement ou l’euthanasie.

Si Ozanam, Bailly de Surcy et les autres fondateurs étaient vivants aujourd’hui, parmi nous, ils dénonceraient tous toute menace à ces
principes, je n’en doute pas.

Notre Règle est claire (article 7.2) en prescrivant que  » Les Vincentiens rêvent d’un monde plus juste.  »

Attentifs à la voix de l’Église, les Vincentiens sont appelés à participer à la création d’un ordre social plus juste et plus
équitable, conduisant à une culture de la vie et à une civilisation de l’amour.

Ainsi, la Société s’associe à la mission évangélisatrice de l’Église par son témoignage  » visible en actes et en paroles « , souligne la Règle. Par conséquent, il ne peut y avoir aucun doute sur l’adhésion de la SSVP aux causes doctrinales de la Sainte Eglise.

Notre engagement radical envers l’Église doit être associé à l’aide à
tous ceux qui vivent ces dilemmes dans leur vie.
Notre rôle en tant que Vincentiens est de prendre soin de ceux qui souffrent, sans les juger.

Le droit à la vie est le plus fondamental de tous les droits de l’homme, et les questions de justice sociale sont le fondement sur lequel la société est construite.

Que nous soyons toujours des défenseurs infatigables de la vie dans toutes les situations, de la conception à la mort naturelle.
27 Le thème de la défense de la vie est frappant dans l’histoire de Sainte Gianna
Beretta Molla (1922-1962), appelée la « martyre de l’amour maternel ». Gianna
était membre de la SSVP et secrétaire de sa Conférence. Elle a été canonisée par le
pape Jean-Paul II pour avoir donné sa vie pour sa fille qui allait naître. Pour en
savoir plus sur cette femme étonnante, exemple pour les temps modernes dont la
société civile relativise la vie, nous vous suggérons de lire le livre  » La sainteté dans
les Conférences Vincentiennes  » (Avaré, Brésil, 2019), du journaliste Gesiel Junior.
La publication, parrainée par le Conseil Général International, présente des
dizaines de biographies de bienheureux et de saints de la SSVP. Ce livre vaut la
peine d’être connu.

Réseaux sociaux
Idéalement, nous pouvons utiliser les réseaux sociaux 28 pour améliorer les actions vincentiennes dans l’environnement virtuel, et je suis très heureux de voir que cela se fait de façon croissante.

Noscampagnes de collecte de dons et nos actions de
recrutement peuvent être étendues avec le soutien des réseaux sociaux, selon des critères de responsabilité et d’authenticité déjà définis par le Conseil général29.

Si Vincent de Paul et Antoine Frédéric Ozanam ont écrit des milliers de lettres à l’époque pour diffuser l’idéal de la charité, pouvez-vous imaginer ce qu’ils ne feraient pas aujourd’hui avec le soutien des outils modernes d’information et de communication, tels que les réseaux sociaux et Internet ?
Cependant, nous devons être attentifs aux sujets qui sont abordés et aux images qui sont transmises dans les réseaux sociaux de chaque Vincentien, car, parfois, l’anxiété peut devenir un contre témoignage.

Chacun doit faire attention pour ne pas nuire à l’image de notre SSVP bien-aimée.
Par exemple, les commentaires politiques30 sur les réseaux sociaux, bien que même bien intentionnés, ils peuvent amplifier les débats et donc générer plus de conflits, laissant la paix sociale
toujours plus loin derrière eux.

L’engagement des membres doit être en faveur de la « culture de la
paix », qui ne peut être conquise et construite qu’avec beaucoup de tolérance et de respect.

Les Vincentiens doivent éviter de tels commentaires politiques, car ils ne s’unissent pas, ne cherchent pas la convergence ou la conciliation, et répètent les mêmes erreurs que celles que nous accusons ou critiquons.
Tout cela génère des blessures inutiles qui nous donnent beaucoup plus de travail pour les corriger plus tard.

De même, comme nous défendons une vie basée sur l’humilité et la simplicité, nous ne pouvons tolérer les manifestations ostentatoires
d’une vie opulente.
28 Sur la puissance des réseaux sociaux dans les temps modernes, nous
recommandons la lecture du livre « The Square and the Tower » de Niall Ferguson
(USA, 2018).
Lors de l’Assemblée plénière de 2019 (Porto), le Conseil général a adopté deux résolutions :  » Protocole pour
l’utilisation institutionnelle du crowdfunding  » et  » Protocole éthique pour l’utilisation des réseaux sociaux « . Les
deux protocoles sont disponibles sur le site du Conseil général : www.ssvpglobal.org.
30 Les approches de la politique et de l’action sociale, en plus de la qualité du
travail intellectuel d’Ozanam, sont systématisées dans la publication « Ozanam y la
cuestión social del siglo XIX » d’Álvaro Queiroz (Maceió, Brésil, 2018), un livre que nous recommandons de lire, de méditer et de partager les idées


Lettre Circulaire – 31 janvier 2020 – 16e Président Général – Renato LIMA DE OLIVEIRA 12

Correction fraternelle
La vie est faite de succès et d’échecs, et nous, les chrétiens, sommes susceptibles de subir les mêmes échecs que n’importe qui d’autre.

Une des choses les plus nécessaires chez les Vincentiens devrait
être la correction fraternelle (basée sur Matthieu 18:15-22) contrairement à d’autres mesures qui, au lieu de résoudre les problèmes, finissent par les renforcer et les amplifier.

La correction fraternelle est nécessaire, utile et fondamentale dans le chemin de la sainteté.

Pour réussir, la correction fraternelle ne peut être liée à la rancœur, à la douleur et, surtout, à l’orgueil, car elle est mue par l’amour et la franchise.

Nous ne devons pas agir avec colère ou précipitation en corrigeant un frère.
Combien de malentendus et d’incompréhensions seraient évités si nous traitions les problèmes de manière chrétienne et fraternelle ! Demandons à Dieu la sagesse divine sur le bon moment et la
bonne manière de corriger, avec charité.
Cependant, comme la Bible nous l’enseigne, si la correction fraternelle ne fonctionne pas, appelez le frère en compagnie de deux autres frères.

Si dans cette nouvelle tentative, le problème persiste, faites
participer le conseiller spirituel et le bureau du Conseil.

Ne jamais exposer les problèmes de notre Société à des personnes extérieures au milieu vincentien, ni utiliser les médias ou la justice pour le faire.

Il y a des moyens de tout résoudre, en famille, entre nous.

Ne laissez pas les commérages détruire la réputation des bonnes personnes, car elles ne peuvent pas toujours présenter leur propre version aux autres.

Nous pouvons tous faire des erreurs, et en même temps regretter nos erreurs.

Par conséquent, soyons justes et compatissants les uns envers les autres, Vincentiens, avant de prendre des mesures extrêmes.

De plus, le pardon est la marque inséparable de la vie chrétienne.

Problèmes actuels
En tant que chrétiens et vincentiens, nous sommes appelés à la sainteté et, par-dessus tout, à vivre cette sainteté au milieu du monde. Nous ne pouvons pas tourner le dos aux problèmes
d’aujourd’hui 31 ; beaucoup de ces problèmes découlent de la crise morale dans laquelle nous nous trouvons.

La question de la migration et des réfugiés, par exemple, occupe une grande partie de l’actualité, exige des ressources gouvernementales et nécessite les efforts des Nations Unies (ONU).
Nous, en tant que Société de Saint-Vincent-de-Paul, nous agissons déjà dans ce segment social, en collaborant efficacement dans diverses parties du monde, en obtenant des logements et des emplois pour ces personnes, qui ont été forcées de quitter
leur pays, fuyant les crises économiques, la persécution religieuse, la faim ou la guerre. « C’est le Seigneur qui protège l’étranger », dit le Psaume 145.
Une autre situation actuelle est celle des manifestations politiques qui ont lieu dans différentes parties du monde, où les citoyens
descendent dans la rue pour exprimer leur mécontentement à l’égard de l’administration publique et des inégalités sociales.

Les Vincentiens doivent bien réfléchir sur la façon de se comporter
dans ces actions, car il y a parfois des intérêts partisans ou idéologiques derrière les mouvements sociaux apparents.

De plus, les questions d’environnement et de changement climatique devraient également être portées à l’attention des
Vincentiens, car, en fin de compte, si nous ne nous soucions pas de l’environnement, nous pêchons contre Dieu qui nous a donné la planète Terre pour notre survie.

La pauvreté augmente également si les conditions environnementales se détériorent.
Nous pouvons travailler avec ceux que nous aidons à éviter de gâcher l’eau, à trier les déchets ; ces exemples sont des mesures simples que les Conférences peuvent adopter quand elles sont au
contact des plus nécessiteux.
31 L’article intitulé « Appel à l’égalité au Chili », écrit par l’ancien président mexicain
Jorge Castañeda, dans l’édition du 12 novembre 2019 du « New York Times »,
présente, avec clarté et maîtrise, certaines des raisons qui expliquent les
mouvements sociaux par les réformes politiques, économiques, du travail et
sociales qui ont touché de nombreuses régions du monde. Nous recommandons la
lecture de ce texte, qui permettra d’avoir un regard critique sur le monde

accumsan nunc dolor. ultricies porta. Praesent suscipit ut Donec