Que voulez-vous trouver ?
11
Sep

BONNE FETE A NOTRE FONDATEUR FREDERCI OZANAM

frederic-ozanam

La Société de Saint-Vincent de Paul des Hauts de Seine, s’associe également pour fêter BONNE FETE A NOTRE FONDATEUR

Il fut un enfant choyé mais éprouvé : 5ème enfant d’une famille de 14, dont 11 moururent en bas âge, une mère très pieuse et un père médecin, qui soignait ses patients souvent gratuitement.

Etudiant brillant, très doué, polyglotte (il parlait 8 langues), docteur en droit (pour faire plaisir à son père), agrégé de lettres, professeur de Lettres à la Sorbonne (pendant 12 ans), journaliste polémique (pour diffuser et défendre ses idées), historien, engagé en politique, mari d’Amélie Soulacroix et bon père de famille d’une fille unique Marie

Il fait partie de ces saints à qui le Seigneur confia de nombreux talents qu’il fit fructifier au-delà de l’imaginable.

Intellectuel, très brillant, il épousa la cause des pauvres, en créant avec d’autres amis, les Conférences de Saint-Vincent de Paul, groupes de jeunes chrétiens laïcs se réunissant pour prier, réfléchir et travailler ensemble à soulager les pauvretés et placés sous le patronage de Saint Vincent de Paul et avec l’aide si précieuse de Sœur Rosalie Rendu.

Sa phrase « Ne parlons pas tant de charité, faisons-là ! devenue si célèbre est toujours d’actualité au XXIème siècle ! Il fut le visiteur et l’ami des pauvres.

Il a donné sa vie et ses forces au service des autres jusqu’à l’épuisement, la maladie et la mort à 40 ans.

Jean-Paul II a écrit « Ozanam » a cru en l’amour que Dieu a pour tout homme

frederic_ozanam-10

LA SSVP DU LIBAN a mis sur sa page Facebook

L’image contient peut-être : texte

L’EGLISE CATHOLIQUE DE PARIS A FETE Bienheureux Frédéric Ozanam (1813-1853)

Fête le 9 septembre

Avec le texte suivant :

D’origine lyonnaise, Ozanam vient très jeune à Paris pour faire carrière dans l’enseignement. Il n’entend pas seulement affirmer sa foi dans ses paroles et ses écrits, il veut la mettre en œuvre auprès des déshérités.

« Allons aux pauvres » dit-il à ses amis, qu’il entraîne dans les visites à domicile des laissés-pour-compte sur les conseils d’une religieuse de Saint- Vincent-de-Paul, sœur Rosalie Rendu.

Les Conférences Saint-Vincent-de-Paul sont fondées en 1833 et se multiplient à Paris, en province et à l’étranger. Plus encore que l’entraide matérielle, pourtant le plus souvent nécessaire, ce qui prime aux yeux d’Ozanam, c’est la rencontre personnelle, la volonté de rompre solitude et isolement. Du haut de sa chaire d’Histoire à la Sorbonne, Ozanam s’attaque au libéralisme économique, « ignominieuse doctrine » qui réduit toute la vie aux calculs d’intérêts.

« Pour rétablir l’ordre, la charité ne suffit pas, car elle soigne les plaies, elle ne prévient pas les coups qui les produisent. » Avec Lammenais, Montalembert, il est un bon exemple de ce catholicisme social apparu dans les années 1830.

En 1848, il fonde avec le père Lacordaire le journal L’Ère nouvelle et y préconise un programme de réformes. Il meurt à l’âge de 40 ans.

Jean-Paul II l’a béatifié au cours des Journées Mondiales de la Jeunesse 1997 à Paris.

 

Autres événements qui pourraient vous intéresser

Voir tous les événements

Donner pour agir

Qu'est-ce qui vous intéresse ?

Nous avons toujours besoin de mains supplémentaires ! Vous voulez donner un peu de votre temps pour aider les autres ?

Je deviens bénévole

Donner pour agir

Grâce à votre don, la Société de Saint-Vincent-de-Paul et ses 17 000 bénévoles peuvent continuer à mener leurs nombreuses actions que sont l’accueil, la visite, et l’accompagnement des personnes seules ou démunies partout en France.

Votre don vous coûtera € après déduction fiscale.
Don en confiance
s