L’écoute, clé de l’action bénévole

Disponibilité, bienveillance et attention sont autant de qualités indispensables à l’écoute. Une attitude nécessaire pour véritablement connaître l’autre et instaurer une relation de confiance. Une posture essentielle à la relation d’aide, qui ne va pas toujours de soi, mais se révèle féconde.
Par Sophie le Pivain, pigiste

Récem­ment, Danielle Renau­dier a reçu une personne d’ori­gine étran­gère pour un entre­tien préa­lable à l’aide alimen­taire : « Elle avait du mal à s’ex­pri­mer mais je me suis rete­nue de complé­ter ses phrases, j’ai respecté ses silences, en m’ef­forçant de l’écou­ter avec le cœur, au-delà des mots et des appa­rences », témoigne cette Vincen­tienne, prési­dente de la Confé­rence Sainte-Anne de Roche la Molière (Loire). Une atti­tude « pas toujours facile à tenir », recon­naît-elle, mais dont elle mesure l’im­por­tance, surtout depuis qu’elle a reçu une forma­tion de deux jours avec l’Ins­ti­tut Astrée en  2023. Propo­sée et finan­cée par le Conseil dépar­te­men­tal de la Loire, et suivie avec d’autres béné­voles de la région, l’ex­pé­rience s’est révé­lée « très posi­tive » . « Si je n’avais pas été formée à l’écoute, j’au­rais eu tendance à couper la parole à cette personne. Or c’est très diffi­cile pour quelqu’un de reprendre le fil de son propos après avoir été coupé… Et la rela­tion qui se crée à l’oc­ca­sion de ces entre­tiens est précieuse pour offrir un accom­pa­gne­ment de qualité par la suite.  »

L’écoute n’est-elle pas une posture à redé­cou­vrir pour tout béné­vole, alors que le slogan de la Société de Saint-Vincent-de-Paul invite à « être présent, tout simple­ment » aux côtés des personnes en situa­tion de préca­rité ? Hubert de Lamotte en est convaincu, lui qui a encou­ragé le lance­ment d’un Café Sourire il y a un peu plus d’un an dans un quar­tier réputé diffi­cile de Bayeux (Calva­dos), en tant que président de la Confé­rence. 

Selon le prin­cipe de ces lieux qui se déve­loppent dans toute la France, on y offre un café, mais surtout, une oreille bien­veillante à ceux dont la pauvreté est aussi rela­tion­nelle : «  Ceux qui viennent sont heureux de parler, et nous de les écou­ter. Et ils reviennent, signe que cela leur fait du bien  », estime-t-il. Au Café Sourire, « on laisse parler les gens sans être direc­tif, c’est à eux de s’ex­pri­mer ». À force d’écoute, « on découvre chez eux des tas de talents qu’on n’au­rait pas soupçon­nés, s’émer­veille-t-il. Et peu à peu, ils deviennent nos amis, c’est magni­fique !

ÉCOUTER, CELA S'APPREND !

Le Pôle formation du Conseil National de France (CNF) propose des sessions de formation en lien avec l'Institut Astrée ou l’IEDH (Institut Européen pour le Développement Humain).

Contactez le Pôle formation du CNF via le président de votre Conférence ou Conseil départemental.

Lais­ser parler les gens

Trou­ver une oreille atten­tive pour pouvoir s’ex­pri­mer est un besoin crucial de nos contem­po­rains, remarque Aude Siméon, prési­dente de la Frater­nité du Bon Larron (Asso­cia­tion Spécia­li­sée de la SSVP), dont les membres accom­pagnent les déte­nus et sortants de prison par la corres­pon­dance, la prière et l’ac­cueil amical : « Aujour­d’hui, tout le monde parle mais personne n’écoute. Quand notre société était encore chris­tia­ni­sée, les confes­seurs remplis­saient ce rôle, qui permet­tait aux gens de vider leur sac. Puis on s’est tourné vers les psycho­logues, mais ils sont moins acces­sibles, et souvent asso­ciés à la mala­die. Quant aux proches, ils n’ont pas toujours la distance appro­priée pour écou­ter avec séré­nité. » 

La parole peut se délier

Pour cette experte, qui a long­temps ensei­gné le français en prison et anime des groupes de parole, l’écoute est avant tout affaire de bien­veillance : « Toute personne, surtout quand elle est vulné­rable, a besoin d’un cadre sécu­ri­sant pour se livrer. C’est parti­cu­liè­re­ment vrai pour les prison­niers, puisqu’ils savent que leur parole risque de les desser­vir. Si on sait les mettre en confiance, en leur assu­rant la confi­den­tia­lité la plus stricte et sans les juger, en leur accor­dant du temps et une vraie dispo­ni­bi­lité, leur parole peut alors se délier. »

L’écoute porte alors ses fruits : « Rien que le fait de se sentir écouté, reconnu et non jugé fait du bien et recharge les batte­ries, reprend Aude Siméon. Verba­li­ser des choses lourdes qu’on porte en soi peut être une vraie libé­ra­tion. » C’est aussi le cas des personnes âgées, public que rencontre beau­coup de béné­voles à la SSVP : « Si elles ont autant besoin de racon­ter leur passé, c’est que cela leur permet de le revivre, d’une certaine manière : elles mettent du sens dans leur vie et se rendent compte qu’elle n’a pas été si vaine. D’où l’im­por­tance de soute­nir cette écoute, simple­ment avec quelques mots qui encou­ragent cette parole, dans une sorte de maïeu­tique. » À Bayeux, Hubert de Lamotte a aussi observé les vertus de l’écoute : « Certaines personnes très isolées que nous visi­tions avaient perdu le courage de soigner leur tenue et leur inté­rieur. Se sentir recon­nues leur a redonné le senti­ment de leur dignité. Nous les voyons peu à peu arran­ger leur maison  et se remettre à saluer leurs voisins... » 

Créer une rela­tion et gagner la confiance de l’autre demande du temps. « C’est souvent après coup que l’on perçoit combien l’écoute a marqué la personne qui en a béné­fi­cié  », relève quant à elle Danielle. La béné­vole a renou­velé sa pratique de l’écoute depuis une  forma­tion il y a quelques mois. En témoigne ce petit présent apporté un jour par une personne accueillie, en recon­nais­sance pour l’at­ten­tion qu’elle avait reçue.

Aujourd'hui tout le monde parle mais personne n'écoute

Un cœur qui écoute

Pour les chré­tiens, l’écoute n’est pas un vain mot : « Regar­dez l’at­ti­tude de Marie dans l’Évan­gile, fait remarquer Aude Siméon. Elle est un modèle pour les écou­tants. » La Parole de Dieu regorge de réfé­rences à la posture d’écoute, abonde Gilles Rebêche, diacre perma­nent du diocèse de Toulon et respon­sable de la Diaco­nie du Var. « Dans le Livre des Rois, Salo­mon demande à Dieu « donne-moi un cœur qui écoute ». Dieu encou­rage lui-même cette prière en recon­nais­sant qu’il s’agit là d’une atti­tude spiri­tuelle fonda­men­tale. »

Une atti­tude chré­tienne

Autre exemple à médi­ter, la Visi­ta­tion, propose le diacre : « voilà une rencontre réus­sie entre deux personnes qui n’ont trouvé personne avec qui parta­ger quelque chose d’ex­trê­me­ment fort qu’elles ont vécu, puisque le mari de l’une est muet, et que celui de l’autre hésite à la répu­dier ! Leur rencontre est une merveille d’écoute mutuelle, de commu­nion. » Lors de la messe qu’il a prési­dée au Vélo­drome à Marseille (Bouches-du-Rhône) en septembre dernier, le pape 
François s’est appuyé sur cette scène  pour appe­ler l’hu­ma­nité à retrou­ver la capa­cité de « tres­saillir » : « Dieu est rela­tion et souvent il nous rend visite à travers des rencontres humaines, quand nous savons nous ouvrir à l’autre, quand il y a un tres­saille­ment pour la vie de ceux qui passent chaque jour à nos côtés et quand notre cœur ne reste pas impas­sible et insen­sible devant les bles­sures de ceux qui sont les plus fragiles. »   

  • bénévoles
  • formation

Devenir bénévole

Nous avons toujours besoin de mains supplémentaires !