La SSVP se mobilise pour soutenir les réfugiés ukrainiens

Je fais un don pour soute­nir les Ukrai­niens

Depuis le début de la guerre en Ukraine, plus d’un quart de la popu­la­tion ukrai­nienne a été dépla­cée à cause du conflit. Face à cette situa­tion, la Société de Saint-Vincent-de-Paul (SSVP) et ses béné­voles ne pouvaient pas rester les bras croi­sés.

Les membres de l’as­so­cia­tion se sont rapi­de­ment mobi­li­sés pour venir en aide aux réfu­giés en prove­nance de l’Ukraine : convoi soli­daire vers l’Ukraine, collecte de produits de première néces­sité, accueil de réfu­giés en prove­nance de l’Ukrai­ne… Des actions huma­ni­taires essen­tielles pour ceux qui ont tout perdu et qui sont deve­nus vulné­rables.

Réfugiés en provenance de l’Ukraine dans un camp à la frontière de la Pologne.
 Réfu­giés en prove­nance de l’Ukraine dans un camp à la fron­tière de la Pologne.

 

La SSVP se mobi­lise pour aider les Ukrai­niens

Les démarches person­nelles des sala­riés

Jean-Charles Mayer, direc­teur de la commu­ni­ca­tion de la Société de Saint-Vincent-de-Paul France, a choisi de se rendre à la fron­tière polo­naise afin d’ac­cueillir les Ukrai­niens qui fuient leur pays à la recherche d’un peu de sécu­rité.

C’est avec la camion­nette de l’Es­pé­rance de la Société de Saint-Vincent-de-Paul qu’il s’est rendu en parte­na­riat avec les Convois de la soli­da­rité vers Medyka, fron­tière ukrai­nienne, en soutien aux réfu­giés ukrai­niens.

La camionnette de l’Espérance de la Société de Saint-Vincent-de-Paul rempli de colis pour les Ukrainiens 
La camion­nette de l’Es­pé­rance de la Société de Saint-Vincent-de-Paul rempli de colis pour les Ukrai­niens.

Le sala­rié de l’as­so­cia­tion a traversé une grande partie de l’Eu­rope pour se rendre au camp de réfu­giés de Medyka en Pologne. Il a terminé son parcours au centre d’ac­cueil des Filles de la Charité de Pologne qui vient en appui à l’an­tenne d’Ukraine.

Une réfugiée Ukrainienne à la frontière Polonaise avec son enfant en poussette.  
Une réfu­giée Ukrai­nienne à la fron­tière Polo­naise avec son enfant en pous­sette.

Durant son périple, Jean-Charles Mayer et le collec­tif de béné­voles présent sur les lieux ont distri­bué des produits de première néces­sité aux Ukrai­niens arri­vés en Pologne : nour­ri­ture, produits d’hy­giène, couver­tures, ou encore des produits pour les bébés.

En effet, dans les camps de réfu­giés ukrai­niens, on compte de nombreuses familles avec des nour­ris­sons qui ont, là aussi, des besoins bien spéci­fiques.

 

Les actions de la Société de Saint-Vincent-de-Paul

La Société de Saint-Vincent-de-Paul a égale­ment puisé dans ses réserves pour soute­nir finan­ciè­re­ment les repré­sen­tants de la famille Vincen­tienne présents dans les pays limi­trophes de l’Ukraine.

Une première aide finan­cière de 150 000 € sera appor­tée au Fonds Inter­na­tio­nal de Soli­da­rité du CGI (Confé­dé­ra­tion Géné­rale Inter­na­tio­nale de la SSVP) pour soute­nir la Société de Saint-Vincent-de-Paul de Pologne dans sa mobi­li­sa­tion auprès des réfu­giés ukrai­niens…

Cette aide permet­tra notam­ment de récol­ter des denrées alimen­taires et des produits de première néces­sité afin de subve­nir aux besoins de ceux qui ont tout perdu.

Une seconde aide finan­cière de 400 000 € sera par ailleurs appor­tée à la Compa­gnie des Filles de la Charité pour soute­nir leurs 40 commu­nau­tés situées en Ukraine, en Slovaquie et en Pologne. Ces femmes font preuve d’une bien­veillance infi­nie et œuvrent au quoti­dien afin d’apai­ser la souf­france des réfu­giés et des Ukrai­niens qui n’ont pas pu quit­ter leur pays.

Sœur Regina qui œuvre pour la congré­ga­tion des filles de la Charité, nous confirme que “les plus pauvres restent en Ukraine. Les plus pauvres sont les gens âgés, les gens malades, aveugles, sourds, les enfants… Ce sont des familles très pauvres qui n’ont pas d’ar­gent pour venir à la fron­tière.” Elle a demandé expli­ci­te­ment de trans­fé­rer les dons qui leur sont faits pour l’as­so­cia­tion en Pologne, vers les Congré­ga­tions Ukrai­niennes qui manquent de moyens pour soute­nir les Ukrai­niens restés sur place.

En France, la Société de Saint-Vincent-de-Paul accueille dans la durée les réfu­giés qui viennent d’Ukraine. Des solu­tions d’hé­ber­ge­ment d’ur­gence, des cours de français et des colis alimen­taires ont été mis en place afin d’ac­com­pa­gner les personnes et les familles qui arrivent en France. Ces initia­tives ont été prises dès le début de la guerre et la Société de Saint-Vincent-de-Paul souhaite inscrire ces démarches aussi long­temps que néces­saire.

Si vous souhai­tez soute­nir les actions de la Société de Saint-Vincent-de-Paul, vous pouvez faire un don ou vous enga­ger à nos côtés en deve­nant béné­vole.

Je fais un don pour soute­nir les ukrai­niens

  • ukraine