C’était Joseph….. - Société Saint Vincent de Paul
Que voulez-vous trouver ?

C’était Joseph…..

Joseph Lohé fut le premier Vincentien à m’accueillir rue Texier-Lahoulle, il y a déjà près de douze années. Il était vice-président départemental de la Société de Saint-Vincent de Paul, mais je le perçus d’emblée comme le serviteur quelconque de l’Evangile, discret et peu bavard, dans le faire plutôt que le paraître.
Appelé aux responsabilités, je fus bien placé pour observer Joseph, le plus présent de nos bénévoles. Il arrivait tôt le matin dans une veille guimbarde et il était l’un des derniers à partir. De sa collection de casquettes, constituée à l’occasion de ses voyages et séjours à l’étranger, il en tirait une pour s’en coiffer, et apparaître ainsi à nos yeux, fier comme Artaban. « J’aime beaucoup les casquettes », me disait-il.

Il avait au premier étage un petit bureau d’où il gérait les nombreux cas de personnes en difficulté dont il s’occupait. Mais il ne restait pas dans son bureau : descendu à l’accueil du rez-de-chaussée, il fallait le voir aller de l’un à l’autre, écouter, chercher des solutions, donner une piécette sinon un billet, un peu en cachette. Il m’arrivait de le surprendre et de le ramener à la modération mais j’avais du mal à lui faire dire combien il avait pu distribuer dans la semaine, afin que la caisse de la SSVP puisse le dédommager. Pour lui, la Charité passait avant tout.

Joseph avait compris avant qu’elle fût mise en exergue la recommandation faite au bénévole : « Etre là, tout simplement ». Etre là, oui, mais sans rester inerte. Son écoute attentive, sa façon à lui de passer les coups de fil dans tous les azimuts lui donnaient une connaissance précise des nombreux cas dont il s’occupait. C’est bien pourquoi beaucoup de nos visiteurs demandaient souvent « Joseph est là ?… »

Joseph connaissait la Règle de la Société de St Vincent de Paul, et il la mettait en pratique sans biaiser. Pas nécessairement toujours d’accord avec ce qui se décidait, et après avoir éventuellement donné son point de vue, il se pliait à l’avis majoritaire sans combat d’arrière-garde. Il avait un vrai souci de la concorde, de la cohésion au sein de notre conférence St Pierre, comme au niveau départemental, et je le sentais peiné, sinon atteint, par les oppositions d’ordre personnel qui pouvaient survenir.

Joseph était un Chrétien qui vivait dans l’abandon. L’abandon de soi, la capacité à donner beaucoup de lui-même pour l’amour de Dieu. De ses maladies, de ses souffrances, il ne parlait jamais, sauf à marmonner quelque chose dont on ne pouvait rien tirer de précis.
Sa chère Annie, qui restait à la maison tandis qu’il rejoignait le service vincentien, était aussi sa référence. Comme il était prévenant pour guider ses pas hésitants vers la cathédrale !

« J’aime voir la sainteté dans le patient peuple de Dieu….Laissons-nous encourager par les signes de sainteté que le Seigneur nous offre à travers les membres les plus humbles de ce peuple « qui participent aussi de la fonction prophétique du Christ… »
J’aime la sainteté de Joseph. C’était Joseph ?…Non. C’est Joseph !

Gérard Bougrier
Vice-président national de la Société de Saint Vincent de Paul
Président du conseil départemental du Morbihan (2011-2019)

Autres actualités qui pourraient vous intéresser

Voir toutes les actualités

Donner pour agir

Qu'est-ce qui vous intéresse ?

Nous avons toujours besoin de mains supplémentaires ! Vous voulez donner un peu de votre temps pour aider les autres ?

Je deviens bénévole

Donner pour agir

Grâce à votre don, la Société de Saint-Vincent-de-Paul et ses 17 000 bénévoles peuvent continuer à mener leurs nombreuses actions que sont l’accueil, la visite, et l’accompagnement des personnes seules ou démunies partout en France.

Votre don vous coûtera € après déduction fiscale.
Don en confiance
Aenean neque. ultricies eleifend consequat. libero. justo