Que voulez-vous trouver ?

Mission donnée par la Pape François aux pauvres

Du 30 octobre au 2 novembre, les bénévoles d’associations caritatives : Secours Catholique, Société de Saint Vincent-de-Paul, ATD Quart Monde, Réseau St Laurent, et des personnes en situation de précarité se sont retrouvés à Lourdes pour vivre la première Université de la Solidarité et de la Diaconie.
Concernant le Morbihan, Alain Le Tallec et Henri Veillet participaient au titre du SSVP National, François Gouthe à la demande du Père Hervé Perrot et Anne-Marie Caux représentait le SSVP Départemental.

Anne-Marie Caux nous livre un émouvant témoignage de ce qu’elle a vécu à cette occasion :

Parmi les ateliers auxquels j’ai participé il y avait « Mission donnée par le Pape François aux Pauvres ». J’ai rencontré des personnes en précarité qui ont vécu une histoire formidable, je pense que ce récit ne peut pas vous laisser indifférent.

A l’occasion du centenaire de la naissance du père Joseph Wrésinski, fondateur du mouvement ATD Quart Monde, les membres du réseau Siloé de France qui regroupe 4 associations de personnes en grande précarité ont préparé durant une année un pèlerinage des familles à Rome, ils ont étudié les évangiles, l’ancien testament, ont décortiqué les paraboles sur le pardon, la miséricorde, organisé des centaines de réunions.

Afin que vous compreniez mieux le vécu de ces familles, je vous donne ci-après leurs commentaires sur l’évangile de Luc relatant la brebis perdue :

« On a tellement peur de perdre nos enfants : mon fils a fait une fugue. J’étais perdue, dans le sens que j’étais inquiète, j’étais très mal. Même s’il y avait toute la famille avec moi, je me sentais seule, perdue. »
« Pourquoi la brebis s’est-elle perdue ? On est des brebis galeuses. La brebis galeuse, c’est quelqu’un qui est rejeté, qui est seul dans la vie, qui est sauvage, Jésus il faut qu’il éclaire »
« Le bon berger : comment il s’est aperçu qu’il en manquait une ? Ce sont les autres brebis qui lui ont fait voir qu’il y en avait une de perdue, pourvu que je sois cette petite brebis, que je sois repérée »
« Et après il y a les retrouvailles : nous, on fait la fête quand on retrouve nos enfants, la joie dans le ciel, la joie sur la terre. »

Après ce lourd travail qui a duré une année complète, une synthèse a été réalisée. 200 pèlerins ont été choisis de tous les coins de France et un message a été adressé au Pape François quelques semaines avant le voyage à Rome lui demandant une mission. Voici quelques extraits de la lettre :

« Cher Pape François,
Ce que nous espérons de l’Église :
Vous partagez avec nous le souci des plus pauvres, et de cela nous vous remercions. Nous ne voulons pas seulement une Église pauvre pour les pauvres, mais une Église pauvre avec les pauvres. Une Église pour tout le monde, où les plus pauvres seront les premiers invités, pour être sûr de n’oublier personne.
Nous vous demandons non pas d’être servis, mais de pouvoir servir à notre tour. N’hésitez pas à solliciter des ouvriers comme nous. Nous croyons que nous pouvons vous aider dans votre mission
Tous les jours, nous remercions le Seigneur notre Dieu de nous avoir donné un Pape comme vous. Maintenant, nous savons que notre place est dans l’Église ».

Grâce au Cardinal Philippe Barbarin, les 200 pèlerins ont été reçus en audience privée avec le Pape François. Ce fut un grand moment pour chacun d’entre eux puisque le pape a salué personnellement chaque pèlerin. Le Pape a été accueilli par le chant Misericordia, créé pour l’occasion, un livre où était noté le fruit de la réflexion et un cadeau lui ont été donnés. Puis le Pape s’est adressé aux pèlerins avec une grande chaleur humaine :

Voici des extraits :
« Chers amis, Jésus a voulu partager votre condition, il s’est fait par amour, l’un d’entre vous : méprisé des hommes, oublié, compté pour rien. Lorsqu’il vous arrive d’éprouver tout cela, n’oubliez pas que Jésus l’a éprouvé lui aussi comme vous. C’est la preuve que vous êtes précieux à ses yeux, et qu’il est proche de vous…
Et enfin, je voudrais vous demander une faveur, plus qu’une faveur, vous donner une mission : une, mission que vous seuls, dans votre pauvreté, serez capables d’accomplir….
De même que Jésus a dit cette belle parole  » bienheureux  » aux pauvres, à ceux qui ont faim, à ceux qui pleurent, à ceux qui sont haïs et persécutés, il en a dit une autre qui, de sa part fait peur ! Il a dit  » malheur  » et il l’a dite aux riches, aux sages, à ceux qui maintenant rient, à ceux qui aiment être loués, aux hypocrites.
Je vous donne la mission de prier pour eux, pour que le Seigneur change leur cœur. Je vous demande aussi de prier pour les responsables de votre pauvreté, pour qu’ils se convertissent !…
Et je vous assure que si vous faites cela, il y aura une grande joie dans l’Église, dans votre cœur. « 

A ce moment là, il y eut un grand désarroi parmi les pèlerins, ils étaient bouleversés, décontenancés,  ils ne s’attendaient pas à une telle mission : prier pour les riches !!!

J’ai eu la chance d’être à Lourdes dans une toute petite fraternité de 3 personnes durant une heure et les 2 personnes avec moi faisaient partie des pèlerins. Je vous donne leurs réactions spontanées :

« C’est difficile de prier pour les riches qui ne nous regardent pas. »
« Il n’est pas culotté car la mission elle est vachement compliquée. C’est pas facile de l’encaisser et encore plus difficile de la faire. Mais on l’a fait. »
« Je suis marquée au fer rouge, je ne peux pas pardonner, je demande à Dieu de pardonner pour moi. »
« C’est une mission impossible mais si c’est le pape qui nous le demande alors c’est possible, finalement nous avons tous une mission qu’il faut faire connaître pour être tous solidaires. »

Et ils l’ont fait, une prière a été écrite, je vous la lis :

Tu nous aimes et nous accueilles tels que nous sommes.
Tu es venu parmi les pauvres.
Comme beaucoup d’entre nous tu as connu l’humiliation et le rejet.
Pourtant tu as tout pardonné.
Donne-nous ton esprit d’amour qu’il nous aide à prier pour les riches, pour tous les responsables de l’injustice et de la haine qui n’ont pas de compassion afin qu’ils se convertissent.
Que nous puissions leur sourire avec le cœur et désirer pour eux le bien.
Seigneur, conduis-nous vers le Père pauvres et riches comme des frères.
AMEN ET MERCI

Anne-Marie CAUX

Autres témoignages qui pourraient vous intéresser

voir tous les témoignages recueillis

Donner pour agir

Qu'est-ce qui vous intéresse ?

Nous avons toujours besoin de mains supplémentaires ! Vous voulez donner un peu de votre temps pour aider les autres ?

Je deviens bénévole

Donner pour agir

Grâce à votre don, la Société de Saint-Vincent-de-Paul et ses 17 000 bénévoles peuvent continuer à mener leurs nombreuses actions que sont l’accueil, la visite, et l’accompagnement des personnes seules ou démunies partout en France.

Votre don vous coûtera € après déduction fiscale.
Don en confiance