Que voulez-vous trouver ?

Vannes : Ti Mad opérationnel pour loger des familles

Ti Mad est un immeuble situé rue François d’Argouges à Vannes. Comprenant deux logements solidaires de type F3 sur deux niveaux, il permet d’accueillir deux familles avec enfants pendant trois mois, éventuellement renouvelables jusqu’à l’attribution d’un logement.

Propriété du diocèse, l’immeuble, après 15 mois de travaux, est maintenant opérationnel. Son inauguration a eu lieu mercredi 23 novembre en présence de David Robo, maire de Vannes, d’élus, de Michel Lanternier, président national de Saint Vincent de Paul, des responsables du collectif d’associations qui a mené le projet ainsi que les bénévoles des différentes parties prenantes.

« Ce projet émane de mon prédécesseur, Gérard Bougrier. Il a débuté il y a à peu près deux ans et a été marqué par trois étapes : tout d’abord la signature d’une convention sous l’égide de Monseigneur Centène, évêque de Vannes, puis, la signature d’un bail emphytéotique entre le diocèse et Saint Vincent de Paul du Morbihan pour disposer de cet immeuble pendant 18 ans, enfin, l’obtention d’un agrément pour accueillir le public dans ce type d’immeuble. «  a commenté Hubert Derache, le président de SSVP56 avant d’ajouter : « Le bâtiment a nécessité une importante remise en état qui n’aurait pas été possible sans tous les bénévoles qui ont mis la main à la pâte de nombreuses journées et auxquels j’exprime tous mes remerciements, mais aussi grâce aux différents partenaires financiers « .

En effet, le coût de l’opération, d’un montant de 125 000€ a été entièrement financé par le collectif d’associations, à savoir : la Caisse d’Allocation Familiale à hauteur de 35 800€, SSVP Paris pour 20 000€, SSVP56 pour 10 000€, les églises et associations protestantes pour 25 000€, la fondation Abbé Pierre pour 13 000€, les Compagnons d’Emmaüs ont conduit le chantier d’électricité en équivalent de 10 000€, la MSA 3 000€, sans oublier la ville de Vannes.

Les familles choisies par la commission, sont des familles avec des enfants dont la situation administrative permet l’attribution d’un logement social. Elles bénéficient d’un accompagnement qui se caractérise par trois maîtres mots : bénévolat, professionnalisme et partenariat. « Cet accompagnement va permettre de suivre le parcours de la famille de son entrée jusqu’à sa sortie. Les règles d’occupation sont bien établies. Ça se matérialise dans une charte d’accueil et d’accompagnement qui précise les droits et les devoirs des familles et des associations impliquées » a indiqué Dominique Sabel, président de l’association Passerelle avant de conclure : « Pour les familles, c’est une étape pour se poser, et retrouver confiance en soi, confiance envers les institutions et repartir sur des bonnes bases dans des conditions de dignité et de bien être.  »

Le Père Philippe Le Bigot, au nom de Monseigneur Centène a félicité les différents acteurs de ce projet. « On peut s’interroger sur la manière dont on peut utiliser les biens de l’Église. Avec la « Bonne Maison », on a là un exemple concret d’efficacité. Le plus difficile est de trouver des bénévoles qui s’engagent durablement plutôt que trouver de l’argent  » a-t-il commenté avant de proposer : «  La Diaconie est toujours favorable à ouvrir ainsi d’autres projets du même style dans d’autres villes du diocèse dans la mesure de ses moyens.  »

 

 

Autres actualités qui pourraient vous intéresser

Voir toutes les actualités

Donner pour agir

Qu'est-ce qui vous intéresse ?

Nous avons toujours besoin de mains supplémentaires ! Vous voulez donner un peu de votre temps pour aider les autres ?

Je deviens bénévole

Donner pour agir

Grâce à votre don, la Société de Saint-Vincent-de-Paul et ses 17 000 bénévoles peuvent continuer à mener leurs nombreuses actions que sont l’accueil, la visite, et l’accompagnement des personnes seules ou démunies partout en France.

Votre don vous coûtera 0 € après déduction fiscale.
Don en confiance